Embolisation des
varices pelviennes

L’embolisation des varices pelviennes est une intervention radiologique mini-invasive effectuée par le radiologue interventionnel, visant à occlure les veines ovariennes dilatées (varices) à l’étage pelvien, occasionnant divers symptômes (douleurs pelviennes chroniques, douleurs durant et après les rapports).

La réalisation de cette intervention est indolore, permettant son déroulement sous anesthésie locale ou sédation consciente, au court d’une hospitalisation ambulatoire (hospitalisation de jour). A l’aide d’une ponction à travers la peau d’une des veines du bras droit, le radiologue introduit un cathéter afin de naviguer dans les vaisseaux et atteindre les veines ovariennes et pelviennes dilatées dans le bassin. La patiente reste habillée (port d’un pyjama stérile).

L’embolisation est aussi réalisée dans certains centres par voie fémorale, avec une ponction du creux inguinal droit.

Parfois, certaines autres veines du bassin et varices associées de la racine des cuisses nécessitent une embolisation complémentaire.

La varice pelvienne est occluse à l’aide d’un agent d’embolisation (colle biologique) libéré par le cathéter, ou bien à l’aide d’autres agents d’embolisation (coils et sclérosant).

L’embolisation ne laisse aucune cicatrice.

Mieux

comprendre

Quels symptômes possibles ?

  • Le "syndrome de congestion pelvienne" regroupe l’ensemble des symptômes douloureux liés à la présence des varices : pesanteurs ou véritables douleurs pelviennes chroniques, aggravées par la station debout ou assise prolongée, dyspareunies (douleurs pendant ou après les rapports). Les douleurs chroniques peuvent être invalidantes.

  • Varices des membres inférieurs associées. Elles sont habituellement dues à une insuffisance valvulaire des veines des cuisses et jambes, mais peuvent être liées dans 10% à une insuffisance veineuse d’origine pelvienne.

Les varices pelviennes ne sont traitées que lorsque symptomatiques. L’indication de l’embolisation est posée des lors que l’on a éliminé toute autre cause pelvienne aux douleurs chroniques.

Les contre-indications

Les varices asymptomatiques ne sont pas une indication.

Les indications de l'embolisation

Questions fréquentes

De quoi ai-je besoin pour une consultation en radiologie interventionnelle ?

Le diagnostic du syndrome de congestion pelvienne lié aux varices pelviennes est difficile. Vous devez avoir eu une consultation gynécologique, un examen clinique et des investigations complètes, afin d’éliminer toute autre cause aux douleurs pelviennes.

Vous devez avoir eu une échographie-Doppler documentant les varices, et un scanner (ou IRM aussi possible) pour les cartographier.

Si besoin, le centre d'Imagerie Médicale Paris 5 vous accueille pour les réaliser.

Une fois ces éléments réunis, vous êtes prête à consulter un radiologue interventionnel expert. Il n’est pas utile de consulter votre radiologue interventionnel avant d’avoir effectué toutes ces analyses, il manquera d’informations sur votre pathologie. Vous pouvez toutefois le contacter si vous avez des questions particulières.

La dernière étape avant le traitement est la phlébographie diagnostique. Elle est réalisée sous anesthésie locale par une ponction brachiale (ou fémorale selon les centres), et ajoute à la cartographie une documentation dynamique de l’insuffisance veineuse, indispensable pour planifier le traitement d’embolisation, qui aura lieu lors d’une seconde séance, dans les mêmes conditions.

Vais-je avoir mal ?

Non.

La réalisation de l’intervention est indolore, ce qui permet sa pratique sous anesthésie locale. Durant l'intervention, on administre des antalgiques pour les manipulations pouvant être sensible, afin qu'elles soient bien tolérées.

Elle nécessite juste un décubitus pendant 1h voire 1h30.

La phlébographie dure 30 à 45 minutes.

Les douleurs immédiates sont prises en charge par l'anesthésiste, spécialiste de la douleur ("titration").

Les suites à domicile sont simples en dehors des douleurs, persistant environ 5 jours.

Durant les premiers jours à domicile, grâce à la collaboration entre le radiologue et une équipe dédiée de soins infirmiers à domicile (2 fois par jour) compétente en suivi post-radiologie interventionnelle, la gestion de la douleur, si elle est présente, est optimale.

 

L’embolisation de varices pelviennes présente-t-elle des complications ?

Il n’y en a pas en dehors d’hématomes du point de ponction. La ponction brachiale rend le taux d’hématomes négligeable en comparaison à la ponction fémorale.

 

L’embolisation de varices pelviennes est-elle remboursée par la sécurité sociale ?

Oui, elle fait partie des groupes d’interventions pelviennes appelées « embolisation super sélective d’une ou plusieurs veines du bassin ».

Où puis-je recueillir le témoignage de patients déjà embolisés ?

Par respect du code de déontologie médicale français, bien que nombre de nos patientes déjà traitées se soient proposés, nous ne pouvons en faire part sur ce support ou encore sur nos profils de réseaux sociaux.

En France, un médecin ne peut diffuser aucune information s’apparentant à de la publicité, et les témoignages de patients manifestant leur satisfaction sont assimilés comme tels. Vous pouvez demander conseil sur vos recherches à votre radiologue interventionnel lors de la consultation, celui-ci saura vous aider.

Le bouche à oreille est également un moyen efficace de recueil.

Comment se déroule ma prise en charge ambulatoire (Hospitalisation de jour) ?

Bien, toujours.

La réalisation d’une hospitalisation ambulatoire (hospitalisation de jour) ne dépasse pas 6h de suite: le patient se rend dans l’établissement de santé de santé tôt le matin en service d’hospitalisation de jour pour une brève préparation à l’intervention (identification, modalités administratives, perfusion…), bénéficie de l’intervention dans la matinée ou avant 14h, puis reste en chambre d’hospitalisation quelques heures en surveillance suite à l’embolisation (entre 1h30 et 3h selon la voie d’abord), avant de rentrer à domicile dans l’après-midi, avec une ordonnance dédiée de médicaments nécessaires à une convalescence confortable, ainsi que tous les autres papiers pour le suivi.

La voie radiale permet un retour à domicilie plus rapide.

Le patient et l’opérateur restent en contact rapproché les jours suivants, pour assurer la continuité d’une prise en charge de qualité.

Les suites sont simples et indolores.

Je suis sous anticoagulants : dois-je les arrêter ?

En en cas de nécessité, les anticoagulants Antivitamine K peuvent être maintenus. Les ponctions veineuses sont moins dangereuses dans cette situation que les ponctions artérielles. Le temps de coagulation est juste un peu allongé, mais l’hémostase est bien contrôlée, surtout par voie brachiale.

Pour limiter tout risque hémorragique, il est préférable de moduler l’anticoagulation (relai héparine et baisse modérée de l’anticoagulation), selon les recommandations habituelles. Cela est souvent organisé en ville par votre médecin traitant quelques jours avant l’intervention.

 

Les antiagrégants plaquettaires (Kardegic 75 ou 150 mg) n’ont pas besoin d’être arrêtés.

Le Plavix (75 mg) peut ne pas être arrêté, mais il est préférable de l’arrêter 5 jours avant quand cela est possible.

 

 

Comment se déroule ma prise en charge ambulatoire (Hospitalisation de jour) ?

Bien, toujours. La réalisation d’une hospitalisation ambulatoire (hospitalisation de jour) ne dépasse pas 6h de suite: la patiente se rend dans l’établissement de santé tôt le matin en service d’hospitalisation de jour pour une brève préparation à l’intervention (identification, modalités administratives, perfusion…), bénéficie de l’intervention dans la matinée ou avant 14h, puis reste en chambre d’hospitalisation environ 30 minutes en surveillance suite à l’embolisation (point de ponction), avant de rentrer à domicile dans l’après-midi, avec une ordonnance dédiée de médicaments nécessaires à une convalescence confortable, ainsi que tous les autres papiers pour le suivi.

La patiente et l’opérateur restent en contact rapproché les jours suivants, pour assurer la continuité d’une prise en charge de qualité.

Les suites sont simples et sans inconfort.

 

Quand puis-je reprendre une activité sexuelle ?

L’activité sexuelle n’est pas contre-indiquée dans les premiers jours. On déconseille les micro traumatismes au niveau du pelvis la première semaine, car l’inflammation des varices occluses peut être douloureuse, elle dure environ 5 à 10 jours. Ces douleurs sont en général bien contrôlées par des anti-inflammatoires oraux.

Retour en haut de la page