Embolisation des
hémorroïdes

L’embolisation des hémorroïdes invalidantes est une intervention radiologique mini-invasive pratiquée par le radiologue interventionnel, dont le but est de traiter les saignements chroniques liés aux hémorroïdes internes, non-contrôlés par les traitements médicaux.

 

La réalisation de cette intervention est indolore, pratiquée sous anesthésie locale, au court d’un séjour ambulatoire (hospitalisation de jour).  Par une ponction à travers la peau, par voie radiale ou fémorale, le radiologue introduit un cathéter afin de naviguer dans les vaisseaux du rectum et du canal anal. Sous contrôle radiologique, il place le cathéter et le micro cathéter dans les artères rectales supérieures (hémorroïdales), afin de pratiquer l’embolisation.

Les artères rectales sont occluses à l’aide de coils, microspires métalliques.

L’embolisation ne laisse aucune cicatrice, ne procure aucune douleur au décours, et n’a aucune conséquence sur le tissu sain avoisinant.

Le Dr Grégory Amouyal pratique l’embolisation ambulatoire des hémorroïdes invalidantes à Paris. La voie radiale distale est possible pour ce traitement.

Mieux

comprendre

Quels symptômes ?

  • La plupart du temps, les hémorroïdes internes sont sources d’hémorragie, aiguë ou chronique, et peuvent être invalidantes au quotidien.

  • Parfois, et notamment en cas de chronicité, les hémorroïdes peuvent exercer un prolapsus à l’origine de pesanteurs, de suintements, et de prurit anal.

 

On en fait le diagnostic par l’examen clinique.

Les hémorroïdes internes sont d’origine artérielle. La thrombose concerne les hémorroïdes externes, qui sont d’origine veineuse.

La prise en charge dépend de son importance. L’embolisation hémorroïdaire ne concerne que les hémorroïdes internes.

  • On a recours en première intention au traitement médical topique (local), et à des règles "hygiène-diététiques".

  • En cas d’échec du traitement médical, on a recours soit à l’embolisation, soit aux traitements endoscopiques instrumentaux, soit a résection chirurgicale ou à la ligature chirurgicale sous Doppler (Hal RAR).

Les traitements endoscopiques sont efficaces, mais des réinterventions sont parfois nécessaires. Les suites sont marquées par ses douleurs, moins importantes qu’après une chirurgie. La chute d'escarre (hémorragie à distance, à 15 jours de l'intervention) est fréquente. 

 

La chirurgie est efficace, mais des réinterventions sont parfois nécessaires. Elle est effectuée lors d’une courte hospitalisation (2 nuits environ), les suites sont marquées par des douleurs durant quelques jours, d'intensité variable selon la technique pratiquée. Des complications existent: douleurs anales chroniques, urgences fécales, fistules...

Les traitements possibles

  • Les hémorroïdes internes hémorragiques invalidantes au quotidien, ou nécessitant des transfusions.

  • Les hémorroïdes hémorragiques invalidantes au quotidien, ou nécessitant des transfusions, chez des patients sous anticoagulants ne pouvant être arrêtés.

  • Les hémorroïdes hémorragiques invalidantes au quotidien, ou nécessitant des transfusions, chez les patients atteints de maladie de Crohn ou rectocolite hémorragique, dont la cicatrisation tissulaire en cas de chirurgie ou traitement endoscopique est plus difficile et douloureuse.

  • Les hémorroïdes avec prolapsus grade 1, 2 et 3. L’embolisation ne réduit pas les prolapsus de grade 4, plus évolué. Elle n’améliore dans ces cas-là que partiellement la gêne (persistent les prurits et les suintements).

Les contre-indications

Les hémorroïdes internes avec prolapsus grade 4 selon la classification de Goligher (moins d’efficacité).

Les indications de l'embolisation

De quoi ai-je besoin pour une consultation en radiologie interventionnelle ?

Vous devez avoir eu la confirmation du diagnostic d’hémorroïdes internes en cause dans vos symptômes invalidants. Vous devez avoir consulté un gastro entérologue de votre choix, spécialiste en proctologie.

Egalement, il vous faut réaliser un Echo-Doppler artériel de l'artère radiale gauche, pour valider la voie d'abord radiale, en vue d'une embolisation.

Où puis-je recueillir le témoignage de patients déjà embolisés ?

Par respect du code de déontologie médicale français, bien que nombre de nos patients déjà traités se soient proposés, nous ne pouvons en faire part sur ce support ou encore sur nos profils de réseaux sociaux.

En France, un médecin ne peut diffuser aucune information s’apparentant à de la publicité, et les témoignages de patients manifestant leur satisfaction sont assimilés comme tels. Vous pouvez demander conseil sur vos recherches à votre radiologue interventionnel lors de la consultation, celui-ci saura vous aider.

Le bouche à oreille est également un moyen efficace de recueil.

Comment se déroule ma prise en charge ambulatoire (Hospitalisation de jour) ?

Bien, toujours.

La réalisation d’une hospitalisation ambulatoire (hospitalisation de jour) ne dépasse pas 6h de suite: le patient se rend dans l’établissement de santé de santé tôt le matin en service d’hospitalisation de jour pour une brève préparation à l’intervention (identification, modalités administratives, perfusion…), bénéficie de l’intervention dans la matinée ou avant 14h, puis reste en chambre d’hospitalisation quelques heures en surveillance suite à l’embolisation (entre 1h30 et 3h selon la voie d’abord), avant de rentrer à domicile dans l’après-midi, avec une ordonnance dédiée de médicaments nécessaires à une convalescence confortable, ainsi que tous les autres papiers pour le suivi.

La voie radiale permet un retour à domicilie plus rapide.

Le patient et l’opérateur restent en contact rapproché les jours suivants, pour assurer la continuité d’une prise en charge de qualité.

Les suites sont simples et indolores.

Quelles sont les suites après une embolisation d’hémorroïdes ?

Elles sont simples et indolores. La reprise d’une activité est rapide, et dépend principalement de la cicatrisation du point de ponction.

Quand puis-je reprendre une activité professionnelle ?

Il faut compter une convalescence d’environ 3 à 5 jours. Il faut rester prudent avec le point de ponction lors des premiers jours, notamment éviter les flexions du membre ponctionné.

Cette intervention est-elle remboursée par la sécurité sociale ?

Oui, elle fait partie des groupes d’interventions appelées « embolisation supra sélective d’une artère digestive ».

Je suis sous anticoagulants : dois-je les arrêter ?

En en cas de nécessité, les anticoagulants Antivitamine K peuvent être maintenus (en cas d'abord radial).

Pour limiter tout risque hémorragique, il est préférable de moduler l’anticoagulation (relai héparine et baisse modérée de l’anticoagulation), selon les recommandations habituelles. Cela est souvent organisé en ville par votre médecin traitant quelques jours avant l’intervention.

Les antiagrégants plaquettaires (Kardegic 75 ou 150 mg) n’ont pas besoin d’être arrêtés.

Le Plavix (75 mg) peut ne pas être arrêté en cas de nécessité absolue, mais il est préférable de l’arrêter 5 jours avant quand cela est possible.

La voie radiale diminue le risque d’hématome au point de ponction.

L’embolisation des hémorroïdes présente-t-elle des complications ?

Il n’y a jamais de complication rectale, les coils sont des agents d’embolisation peu aggresifs. Les complications liées au point de ponction (hémorragie ou hématome simple) sont très rares. La voie radiale diminue le risque d’hématome au point de ponction.

Questions fréquentes

Retour en haut de la page